Enfant propre : Comment aider mon enfant à aller sur le pot ?

enfant propre

Vous voulez que votre enfant soit propre ? Votre bébé grandit et sa future entrée à l’école approche à grands pas, il est temps pour vous de gérer sa propreté. Cependant, les professionnels de santé et de la petite enfance sont clairs, il est important d’attendre que votre bébé soit psychologiquement et physiologiquement prêt à être propre pour enclencher le début du processus. 

Nous ne le répéterons pas assez, mais chaque enfant avance et se développe à son rythme. Il est donc possible que l’apprentissage de la propreté prenne du temps pour votre enfant, comme il peut être plus rapide pour un autre. 

Est-il/elle prêt(e) à être un(e) enfant propre ?

D’un point de vue physiologique et corporel, il est important que votre bébé possède une maturité dite “neuromusculaire” pour pouvoir être propre. En d’autres termes, bébé doit pouvoir contrôler ses sphincters à l’aide de ses muscles et de son cerveau pour pouvoir commencer son apprentissage de la propreté.

Concernant la durée de l’apprentissage, il n’existe, encore une fois, aucune règle. Votre bébé peut être propre en quelques mois comme en une année. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de s’inquiéter si votre enfant n’est pas tout à fait propre avant d’entrer à la maternelle. Il est préférable de repousser un peu la rentrée plutôt que de presser votre bébé. De plus, s’il ne manque que quelques étapes pour que bébé soit totalement propre, le contact d’autres enfants à l’école peut accélérer le processus et créer un déclic chez votre petit bout. 

Comment repérer les signes montrant que bébé est prêt à être propre ?

De façon générale, les enfants contrôlent leur vessie et leurs sphincters entre 24 et 48 mois. Pour devenir propre, l’enfant doit savoir marcher depuis quelques mois déjà, de façon aisée, volontaire et autonome. Il est également essentiel qu’il sache s’asseoir seul, se tenir droit, et se relever seul. Il peut normalement monter et descendre les escaliers en toute autonomie, et reconnaît le pot ou les toilettes en disant “pipi” et “caca”. 

De plus, si vous remarquez que bébé n’a pas mouillé sa couche depuis plus de deux heures, vous pouvez commencer à lui faire remarquer. Vous pouvez alors lui proposer d’acheter des petites culottes. Surtout, si la couche est sèche depuis plusieurs heures, c’est le moment de lui proposer d’aller sur le pot. Par exemple, vous pouvez le formuler ainsi : “Ta couche est sèche, cela fait un petit moment que tu n’as pas fait pipi ou caca. Est-ce que tu veux qu’on essaie d’aller sur le pot ?”.

Il existe d’autres signes que bébé est prêt à être propre, comme le fait qu’il développe sa motricité fine avec le dessin par exemple. Enfin, il est capable de verbaliser clairement ses besoins en interprétant les messages de son corps. Il peut dire qu’il a faim ou soif, qu’il fait ou a fait pipi ou caca. Aussi, sa couche le gêne lorsqu’elle est sale et il réclame régulièrement à être changé. Enfin, il exprime le besoin d’être “grand”, et imite régulièrement son entourage. 

enfant propre pot

Comment fonctionner pour l’apprentissage de la propreté ?

Fonctionner de façon progressive

La première étape est la discussion et l’échange avec votre enfant. Il est important d’avoir une motivation pour un changement de ce type. Pourquoi enlever la couche ? Profitez d’une occasion en particulier. Si vous apercevez des petits boutons sur ses fesses, c’est l’occasion de lui proposer d’aller sur le pot à plusieurs reprises. Aussi, l’achat de sous-vêtements “de grand” peut être un élément déclencheur. 

Ensuite, il faut veiller à être bienveillant(e) envers votre petit bout. Il est possible que bébé apprenne à contrôler sa vessie et ses sphincters sous la douche ou dans le bain. S’il n’y parvient pas à chaque fois, évitez de vous mettre en colère afin que l’enfant ne crée pas un lien entre votre humeur et son apprentissage de la propreté. Il serait inapproprié de créer un blocage à l’acquisition de la propreté lié à la crainte d’être réprimandé. Beaucoup d’enfants ne voulant plus être considérés comme des bébés, sautent le pas. Même s’il y a des accidents, il ne faut pas entraver leur décision de devenir propre.

Enfin, impliquez votre enfant dans la préparation de ce cap et suscitez son intérêt lors du choix de son pot ! 

Quel pot choisir pour mon enfant propre ?

Pour aider bébé à devenir propre, il faut choisir le bon outil. Un pot n’est pas un jouet, préférez donc des modèles neutres et simples, sans artifices. Préférez également le pot plutôt qu’un réhausseur de toilettes pour le début. Il aura son propre toilette de grand. Enfin, demandez-lui de choisir son pot ! Bébé sera ravi de participer à cet achat et aura tendance à vouloir s’en servir davantage. Vous pouvez trouver un pot à petit prix sur l’application Beebs.

Choisissez le bon moment

En effet, il n’est pas pertinent d’intégrer l’apprentissage de la propreté pendant un changement majeur ou un choc affectif. Inutile donc de persister pour que bébé accepte le pot alors qu’il est perturbé car il a changé de nounou ou parce qu’un petit frère ou une petite soeur vient d’arriver. 

De plus, un enfant en pleine “crise” d’opposition, entre 18 et 24 mois, n’est pas prêt à dire OUI au pot. Il est donc nécessaire d’attendre un peu avant d’essayer. Si votre bébé dit non à tout, par principe, il dira également non au pot et pour enlever les couches. 

Enfant propre : comment l’aider à aller sur le pot ?

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la priorité est de respecter le rythme de votre enfant. Ne lui mettez pas la pression, et ne vous l’infligez pas non plus. Vous n’êtes pas à la minute près, alors prenez le temps. 

Ensuite, il est important de rester aux côtés de votre enfant, qui ne doit surtout pas se sentir délaissé pendant cette période. Accompagnez votre bébé et parlez-lui, verbalisez et expliquez la situation. Pour l’aider, vous pouvez régulièrement lui poser la question : “est-ce que tu as envie d’aller sur le pot ?”. Bébé ne se rend pas toujours compte qu’il est sur le point de faire pipi, et il peut vous avertir à la dernière minute. Pour éviter les pipis et cacas stressés par le “temps qui presse”, proposez-lui le pot régulièrement. Transformez cette action simple du quotidien en quelque chose d’agréable, sans basculer dans l’amusement. Votre enfant doit être heureux et détendu sans pour autant assimiler le pot à un moment de jeu.

Chaque petit pas est bénéfique dans l’apprentissage

Aussi, pensez à féliciter votre enfant lorsqu’il a fini même si le pot est resté vide. Il a essayé et fera de son mieux la prochaine fois. Cependant, veillez à ce que chaque petit progrès ne soit pas un exploit ! Votre bébé doit comprendre qu’il devient propre parce qu’il grandit, et non parce que cela fait plaisir à ses parents. 

Enfin, si bébé demande à aller au pot, c’est qu’il est quasiment à la fin de son apprentissage ! Cependant, s’il demande trop tard, ce n’est pas grave. Évitez, encore une fois, de le gronder et d’être négatif(ve) car il a quand même pensé à vous prévenir. Les fuites peuvent arriver, il faut donc prévoir un change pour l’école ou pour les balades. Plus vous êtes positif(ve) et encourageant(e), plus votre bébé se débrouillera au mieux ! Par la suite, vous pourrez veiller à la propreté de bébé la nuit grâce à notre article dédié.

Partager cet article

Share on facebook
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Vous aimerez peut-être :