Grossesse et activité physique

grossesse et activité physique

Les effets de l’activité physique sur bébé et sur la femme enceinte

Dans l’immense majorité des cas, l’activité physique est bénéfique pour la femme enceinte. De plus, la pratique du sport durant la grossesse n’augmente pas le risque de fausse-couche, de naissance prématurée ou de bébé de faible poids.

Pour la femme, les effets de l’activité physique durant le grossesse sont les mêmes que durant les autres périodes de la vie : diminution du risque de maladie cardio-vasculaire, contrôle de la prise de poids, meilleur équilibre de la glycémie et de l’éventuel diabète, bonne humeur, meilleure circulation du sang (et donc moins d’œdèmes et de varices).

Quels sports pratiquer, et quand ?

Si en théorie, tous les sports peuvent être pratiqués, certains nécessitent de prendre des précautions et d’évaluer correctement les risques. Le bon sens doit vous guider dans le choix des sports pertinents. Par exemple, durant toute la grossesse, mieux vaut éviter les sports de contact (tels que la boxe ou le rugby) ou des sports à risque de chute important (comme l’équitation ou le ski).

A l’inverse, certaines activités sont fortement recommandées. Il s’agit de :

  • la marche sur terrain non accidenté, avec ou sans bâton ;
  • la natation ;
  • le vélo d’appartement ;
  • le yoga (attention cependant à ne pas le pratiquer dans une salle trop chauffée) ;
  • les exercices de renforcement musculaire / fitness pratiqués au sol à poids de corps (sans haltères ni charge).
    Toutes ces activités peuvent être pratiquées durant toute la grossesse. Seul le vélo est parfois difficile en fin de grossesse, car la flexion de la hanche est limitée par la taille du ventre.

D’autres sports peuvent aussi être pratiqués, d’autant plus si la femme enceinte en a l’habitude. Il s’agit par exemple des sports de raquette doux tels que le badminton, de la course à pied, du vélo de ville ou encore de la danse. Ces sports étant souvent plus intenses, il est souvent recommandé de lever le pied au cours du deuxième trimestre, au plus tard lors du troisième.

À quelle fréquence et intensité selon le trimestre de grossesse ?

Au cours du premier trimestre de grossesse, vous pouvez conserver une intensité et une fréquence de pratique identique à celle avant la grossesse. Bien entendu, en cas de fatigue importante ou de douleurs, levez le pied. Le sport doit vous faire vous sentir aussi bien que d’habitude.

À partir du deuxième trimestre, réduisez votre pratique. Il n’est pas indiqué de faire du sport quotidiennement, car cela vous fatiguerait trop. Il est recommandé de pratiquer vos activités physiques à une intensité douce ou modérée : vous devez être à peine essoufflée. Une fréquence raisonnable semble être une pratique bi-hebdomadaire. Bien entendu, les activités douces comme la marche peuvent être pratiquées tous les jours.

Au troisième trimestre, votre ventre vous gênera sans doute plus pour pratiquer des activités. Continuez à lever le pied. Vous pouvez cependant pratiquer des marches quotidiennes de plusieurs kilomètres tant que vous vous sentez bien.

Les contre-indications à la pratique du sport durant la grossesse

Chez certaines femmes, le sport est totalement contre-indiqué. Le professionnel de santé qui suit votre grossesse vous préviendra si vous présentez des contre-indications. On peut citer notamment :

  • une grossesse multiple (3 fœtus ou plus) ;
  • une rupture des membres ou un travail pré-terme ;
  • un placenta praevia après la 28 ème semaine ;
  • un diabète de type 1 ;
  • une maladie de la thyroïde ;
  • une béance du col.

Ce sont des maladies ou des situations qui ne passent jamais inaperçues et pour lesquelles vous serez informée du niveau d’activité physique à pratiquer correspondant à votre situation.

Et le sport de haut-niveau ou en compétition ?

La grossesse n’est pas la période de la vie la plus indiquée pour pratiquer à haut-niveau ou en compétition. Mieux vaut prévoir de ne faire aucune compétition ni entrainement quotidien durant cette période de la vie. En revanche, à peine quelques semaines après l’accouchement, il sera techniquement possible de reprendre progressivement une activité sportive intensive.

Références scientifiques

Marion Moughnie. Sport et grossesse . Sciences pharmaceutiques. 2017.

Nasiri-Amiri F, Sepidarkish M, Shirvani MA, Habibipour P, Tabari NSM. The effect of exercise on the prevention of gestational diabetes in obese and overweight pregnant women: a systematic review and meta-analysis. Diabetol Metab Syndr. 2019;11:72.

Connolly CP, Conger SA, Montoye AHK, et al. Walking for health during pregnancy: A literature review and considerations for future research. J Sport Health Sci. 2019;8(5):401–411.

Partager cet article

Share on facebook
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Vous aimerez peut-être :